Image


Plasticienne contemporaine, Ace Nilsson est née à Paris. Etudiante en médecine et styliste en bijoux et accessoires pour de grandes maisons de Luxe, elle se consacre définitivement à la création artistique après quinze années d’activité en chirurgie esthétique

Ses passions pour l’Art et la peinture contemporaine la conduisent aux Beaux Arts de Budapest où elle découvre la diversité des techniques d’artisanat d’art qui lui permettront d’enrichir sa palette et son vocabulaire, nourrissant une créativité naturelle et exigeante. Elle y travaillera en étroite collaboration avec la Villa Arson de Nice.


Ace a travaillé sur la lumière et le reflet. Les enduits à l’ancienne donnent corps à la matière sur laquelle s’accrochent les ombres. Le travail à la feuille d’or blanc induit une mouvance, une réelle interaction entre le spectateur, l’œuvre et la lumière, quelle que soit sa nature.

A l’huile, aux pigments ou à l’acrylique, Ace Nilsson traite le format carré comme un espace d’énergie et d’ouverture. Forme nette, robuste, pareille à elle-même dans tous les sens. Impression de complétude équilibrée. L’œuvre s’inscrit sur une surface géométrique simple mais à l’approche multiple. Les arêtes couvertes de feuilles d’or blanc structurent le carré, en orientent la lecture et permettent de jouer avec la lumière du lieu d’exposition… L’œuvre prend vie, évolue, se transforme au fil des heures. Reflets multiples. La lumière devient un matériau et propose au regard une infinité de perceptions.

« Liens tissés »

Piment de Lapis Lazuli et enduit à l’ancienne, travaillé au couteau.
40 x 40 cm

La puissance énigmatique qui se dégage des « Liens tissés » suscite une curiosité persistante. Les liens se font et de défont mais certains, essentiels, défient le temps et tissent la trame de notre vie.

Les artisans verriers de l’époque romane ont incorporé du cobalt, du cuivre et du fer pour obtenir le bleu si lumineux qui a fait la renommée des vitraux de la cathédrale de Chartres. L’artiste a choisi le Lapis Lazuli, une pierre semi-précieuse, pour exprimer, dans une profondeur sublimée, la spiritualiteé et le sacré de ces liens.

Ace Nilsson expose en musées (IMA et musée de l’Orangerie en France, MoMAT au Japon, Musée Contemporain de Rabat au Maroc… ). Présente en fondations, elle a promue par Christine PERES de chez LOUIS VUITTON qui gère son événementiel muséal avec sa société LINK TANK. Diffusée en galerie, en France et à l’international, elle a été représentée jusqu'ici par un agent artistique de renommée mondiale, M. Armand ISRAEL (Fond Braque), avec lequel elle a collaboré de nombreuses années.

Emmanuelle Brame de la Coussaye organise, quant à elle, certains évènements européens. Elle lui a permis d’exposer au Luxembourg et à Venise. Ace Nilsson est ou a été diffusée à Copenhague, en Allemagne, en Belgique, en Autriche, en Hongrie, au Maroc, au Japon ou aux USA.

Ayant validé à ce jour plus de 125 expositions (une grande toile a été présentée avenue Matignon en juin 2019 à la galerie ADDA&Taxie), elle a été diffusée par certaines galeries françaises (Place des Vosges, Deauville, Le Havre, Côte d'Azur). Le premier Ministre M. Edouard PHILIPPE lui a consacré une jolie rétrospective dans sa ville du Havre, en 2012.

Soutenue par des achats récurrents de collectionneurs du Moyen Orient (Liban et Koweit) et du Maroc, Ace Nilsson a participé au Beirut Art Fair (un des articles de son site a été écrit par Pierre DEVOLUY, attaché culturel de l'ambassade de France au Liban, qui fut très actif sur cette partie du monde). L’artiste compte par ailleurs quelques mécènes fidèles sur l'Est de l'Europe.



« Mixed DNA with a Shadow »


Technique mixte, stuc, collage, acrylique et patine.
80 x 80 cm

 Finitude, infinitude, quête des extrêmes. Enlacés, les brins d’ADN structurent le vide sidéral comme le ferait une matière reconcentrée, après que le Bing Bang l’ait projetée avec violence dans l’expansion de l’univers.



Au Maroc, le roi Mohammed VI la suit depuis des années. Ace fait partie du fond du musée de Rabat. Il l'avait exposée à El Jadida via son agent P.PLOQUIN et avait appuyé sa candidature auprès de M.Dominique BAUDIS pour pouvoir exposer pendant 2 mois à l'Institut du Monde Arabe où l’Assemblée Nationale et le Sénat étaient présents, ceci afin de célébrer sur le sol français ses 10 ans de règne.

Ses supports de créativité sont l'utilisation de techniques d'artisanat d'art : feuilles d'or blanc pour jouer avec la lumière, électrique ou naturelle et ainsi permettre à l'oeuvre de se mouvoir ou pigment de Lapis Lazuli, dans une dynamique très contemporaine, en semi figuratif ou abstrait, selon ses thématiques du moment et son désir d'expression. Elle utilise parfois des techniques originales telles que l'abrasion de la peinture à l'huile pour mieux définir les mats et les brillants.

Sa dernière exposition en galerie à Paris, avenue Matignon, lui a permis de présenter une série de tableaux accompagnés d'un fil de lecture poétique dans le but d’apporter un sens plus profond à ses oeuvres.
Gang

Technique mixte. Enduit au couteau, peinture acrylique et effets de matière, collages.
Cadre 82 x 100 cm.

Rideau de sang pour évoquer la violence de l’univers urbain et d’une génération en besoin de repères et en quête de sens.